Saccage du Rectorat de l’Ugb : retour de flammes pour le Saes !

Pour se faire entendre ou manifester leur ras-le-bol, des étudiants de l’Université Gaston Berger (Ugb) ont saccagé le bureau du recteur avant de le transformer en marécage.

D’ailleurs, « Le Témoin » quotidien est en mesure de vous révéler que si les gendarmes ont tardé à intervenir, c’est parce que le Recteur peinait à décrocher une réquisition écrite signée par le président de la République, le ministre des Forces armées, le ministre de l’Enseignement supérieur (Cheikh Oumar Hanne, ne riez pas !) ou le Procureur de la République autorisant les forces de l’ordre à entrer dans l’enceinte de l’Ugb.

En entendant que les responsables du Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (Saes) ont condamné ces actes de vandalisme jusqu’à décréter une grève de 72 heures, certains ont ri sous cape.

Tenez ! A chaque fois qu’il y avait bavure policière se soldant par des blessés ou mort d’homme à l’Ucad et l’Ugb, les enseignants se rangeaient en toute hypocrisie du coté des étudiants pour savonner les forces de l’ordre accusées à tort d’avoir violé les franchises universitaires. Comme ce fut le cas après de l’étudiant Fallou Sène et tant d’autres cas.

Aujourd’hui, c’est le retour de flammes pour le Saes voulant toujours une chose et son contraire. Heureusement qu’un enseignant n’a pas été tué puisqu’aux étudiants, tout est permis pour des raisons politiques.

D’ailleurs, « Le Témoin » jure que la plainte déposée par le Saes ou le Recteur de l’Ugb contre les étudiants vandales n’aura aucune suite. Aucune arrestation ne sera faite même si des coupables ont été clairement identifiés. Qui vivra verra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *